jeudi 17 décembre 2009

Ulm hoy


mercredi 9 décembre 2009

Victor Jara


Hier après-midi j'ai lu dans "Le Monde" un petit extrait qu'a beaucoup attiré mon attention: à Santiago du Chili, le samedi 5 decembre on a rendu hommage à la mémoire du chanteur Victor Jara. Ce qu'on connaît des derniers jours, la donnée la plus impressionnante, est la mutilation de ses doigts pour qu'il ne pût plus jouer de la guitare. On le sait grâce à un jeune, raflé lui aussi dans le stade de Santiago, qui a vu ses plaies et a vécu pour le raconter. 

Trente-six ans se sont passés depuis le premier enterrement de Jara. Il s'est réalisé sans témoins et de façon clandestine. Comme d'habitude sous une dictature. Par contre, l'enterrement symbolique du samedi dernier a été réalisé à vue du monde entier, même sa famille: Joan, sa compagne, et Amanda et Manuela, les deux filles du couple. Le cercueil a traversé le centre de Santiago au milieu d'une foule, en chantant tous "Te recuerdo Amanda". Michelle Bachelet elle-même s'est ajoutée. 



vendredi 27 novembre 2009

Le truc bizarre


À propos d'Albert Camus je lissais dans "Le NouvelObs" le paragraph suivant: 

"À la Libération, mon père fréquente beaucoup Sartre et Beauvoir. A Saint-Germain-des-Près, c'était tout le temps la fête, la danse, les beuveries, aussi. Mais mon père a toujours eu l'impression de faire un peu tache parmi eux. Il est méditerranéen, n'a pas fait l'Ecole Normale ou un truc bizarre". 

samedi 24 octobre 2009

lundi 19 octobre 2009

L'intolérable


"Il semble être possible de résoudre le conflit entre la justice et la sécurité du droit en déterminant que le droit positif qui est assuré par les statuts et par le pouvoir reste prioritaire même si son contenu est injuste et pas conforme aux buts, à moins que le désaccord entre le droit positif et la justice devienne tellement intolérable que la loi en tant que "droit injuste" doit faire place à la justice".

 -G.Radbruch Rechtsphilosophie, 8. 

dimanche 4 octobre 2009

357, couloir vert



Volví al colegio. A diferencia de la ventana anterior, la ventana de ahora me encanta. La del año pasado era lo mas depresivo del mundo. Era fatal. Culpo a esa ventana de toda mi mentecatez. La ventana de ahora es amplia y muy alta. Aunque la vista es buena y da al patio, los arboles están demasiado altos y no lo puedo ver. El follaje empieza a ponerse rojo. Veo ademas algunos cuervos. Es magnifico.

Tengo muy buenos vecinos, piso de madera y un espejo grande detras de la puerta. Solo falta decorarla un poco. Creo que compraré una planta y -por fin- colgaré las fotos de Anne Frank. 

vendredi 25 septembre 2009